Booster votre estime de soi avec votre journal intime

Merci de partager !

booster_estime_de_soi_journal_intime

Avec les hauts et les bas de la vie quotidienne, il est fort possible que votre estime de soi soit ébranlée facilement et fréquemment. Selon votre personnalité et l’éducation que vous avez reçue, vous êtes peut-être rapide à vous critiquer sévèrement et vous auto-flageller.

Vous avez fait (encore) une erreur au travail, vous avez une dispute avec votre partenaire de vie et en passant devant une vitrine de magasin, votre reflet dans la glace vous décourage complètement quand vous voyez votre silhouette ? Comment échapper au monologue intérieur négatif qui vous taraude à répétition ?

À la rescousse, une section “Compassion” dans votre journal intime !

Vous attendiez-vous à ce que je dise une section « Estime de soi »?

Si vous attaquez le problème de front en écrivant par exemple : « 10 moyens pour augmenter mon estime de soi », vous envoyez à votre le cerveau le message que vous avez un manque de ce côté-là. Bref, une critique de plus. Et vous allez renforcer encore plus la croyance qu’il y a quelque chose qui cloche en vous.

Il n’y a personne de parfait ici-bas, ou en tout cas, s’il y en a une, elle prend bien soin de rester discrète à ce sujet parce qu’elle ne serait pas très populaire. Clignement d'œil

Pourquoi éprouvez-vous de la compassion pour les enfants, vos partenaires, vos amis, les personnes en difficulté et pas pour vous-même? Saviez-vous que des études récentes ont démontré que la compassion envers soi-même constitue le meilleur chemin pour adopter de bonnes habitudes de vie, améliorer vos relations et travailler avec constance vers l’atteinte de vos objectifs. Voici donc quelques pistes pour prendre le chemin de l’auto-compassion.

Votre quotient d’autocritique

Pour commencer, je vous suggère de répondre à ce bref mini quizz. Évaluez chacun des énoncés par un chiffre de 1 à 5, 1 représentant presque jamais et 5, presque toujours.

1- Quand je me sens blessée, j’essaie de me réconforter en me rappelant que je suis une personne digne d’être aimée.

2 – Quand mon moral est bas, j’observe mes émotions avec curiosité et j’essaie de les comprendre tout en dédramatisant.

3 – Quand je n’en peux plus et que je ne vois pas d’issue à mes problèmes, je ne me juge pas. Je me rappelle que des tas de personnes dans le monde vivent exactement la même chose que moi dans des circonstances similaires.

Il va sans dire que plus votre résultat est proche de 3 et plus vous allez tirer profit de l’exercice suivant.

Votre journal compassion

Commencez par remercier votre « moi » critique d’avoir cherché à vous aider pendant toute ces années. Expliquez lui qu’elle peut désormais prendre sa retraite parce que vous avez décidé de choisir maintenant d’autres alternatives.

Au besoin, donnez-lui un nom ou dessinez-la, si ça vous aide.

Maintenant, pendant une semaine, ou plus longtemps si nécessaire, écrivez-vous une lettre à chaque jour dans votre journal intime.

Pensez à une situation où vous avez de la difficulté à réussir ou à vous sentir à l’aise. Pendant un bon quinze minutes, adressez-vous à vous-même dans cette lettre comme vous le feriez pour consoler un de vos proches.

Par exemple :

– décrivez vos qualités

– rappelez-vous toutes les fois où ce que vous avez fait était digne d’admiration

– donnez-vous gentiment des conseils pour mieux faire face à ce qui vous préoccupe

– proposez-vous des moyens pour faire baisser votre stress

Relisez cette section de votre journal intime au moins à deux reprises dans la journée. Cette technique mettra votre cerveau en mode repérage pour identifier d’autres moyens d’avoir plus de compassion envers vous-même et par la bande, de booster votre estime de soi. Il s’agira peut-être d’un article dans un magazine, un livre dans la vitrine d’une librairie, une affiche publicitaire ou une phrase que quelqu’un dit dans la foule. Qui sait ?

La magie de l’écriture quotidienne, ou régulière, dans un journal personnel, c’est qu’elle aiguise notre perception des signaux de l’environnement qui soutiennent notre démarche.

Cette pratique d’auto-compassion a été expérimentée à l’Université York de Toronto en 2010 et les personnes qui y ont participé ont observé l’augmentation de leur estime de soi, la diminution des sentiments dépressifs et l’augmentation des sentiments de bonheur au quotidien.

MarieBo

 

Merci de partager !